Festival La Marelle : dimanche 7 juillet

07 Juillet 2019

Une inauguration sous le soleil

 

t à moitié vide. Mais l'important est que le festival ait bien lieu. Après les discours nous avons mangé quelques gâteaux et bu quelques boissons pour fêter l'événement.L'édition 2019 du Festival Jeune Public « La Marelle » a débuté dimanche 7 juillet. Elle va durer 1 jour de moins nous a dit Olivier Dupuis, du théâtre Dest : c'est l'histoire du verre à moitié plein e
Il y avait plein d'activités dans le parc, comme les jeux en bois ou encore l'atelier Minerva (avec les craies grasses), et on pouvait aussi créer des bijoux en jean avec la compagnie La Bobine Verte. Il y avait des jeux pour les petits comme le bac à sable ou la pêche aux canards.
(Article écrit par Louise et Ema PR.)

 

Le défi du Sotré - Compagnie Jeux et Tartines

 
L'escape game c'était vraiment génial ! Au début Laurent, de la compagnie Jeux et Tartines, qui nous a fait faire le jeu nous a lu une histoire, ensuite il nous a bandé les yeux, c'était trop bien car on a eu le suspense jusqu'au bout. On était divisé en trois groupes, car il y avait trois pièces : la cuisine, la chambre et l'étable. Le but était de chercher des indices pour résoudre des énigmes, c'était trop cool, on a adoré. On a réussi à sortir de nos pièces pour aller dans le jardin et résoudre une dernière énigme pour terminer le jeu de justesse avant d'être transformé en baudet, comme dans l'histoire. Nous sommes sortis tout heureux d'avoir échappé à la transformation !
(Article écrit par Théo, Loane et Naïla PR.)

 

Des pieds et des mains - Compagnie Ni

 

Isaure : Bonjour. Comment vous vous appelez ?

Jean-Nicolas : Bonjour je m'appelle Jean Nicolas et mon nom de scène c'est Léon.

Louise : Depuis combien de temps vous entraînez-vous pour réussir vos acrobaties ?

JN : Moi j'ai commencé vachement tard les acrobaties parce que j'étais pas du tout fait pour ça au départ et en fait c'est un jour en voyant un spectacle de cirque à Paris où je me suis dit que c'est ça que j'ai envie de faire donc moi j'ai commencé les acrobaties à 28 ans j'en ai 45 donc vous voyez ça fait a peu près 17 ans que je m'entraîne pour essayer de me mettre sur les mains sachant qu'au départ il fallait gommer tous les défauts c'est plus facile de commencer à 15 ans ou à 10 ans que de commencer à 28 ans quand notre corps il a déjà pris des positions.

Ema : Avez vous fait le décor ? Et pourquoi la couleur rouge ?

JN : Alors oui c'est moi qui ai fait absolument tout le décor, alors j'ai choisi la couleur rouge parce que la couleur rouge c'est vraiment la couleur du cirque c'est aussi la couleur du nez rouge du clown c'est aussi très souvent la couleur des rideaux du théâtre ça me fait aussi penser à un décor de cabaret .

Titouan : Comment avez vous eu l'idée de votre spectacle ?

JN : Comment j'ai eu l'idée de mon spectacle ? En fait un jour c'est Léon qui est venu toquer à ma porte. A force de jouer il y a un personnage qui a commencé a se former en moi et qui a ma porte « toc toc toc c'est moi Léon j'ai envie de sortir » Tout a commencé le jour une copine m'a dit « Tu ne pourrais pas faire quelque chose pour l'anniversaire de ma fille ? » J'ai récupéré un paravent et j'ai essayé de faire quelque chose j'ai commencé en ce gromelot, je sais pas si vous connaissez l'alinéa, ce dessin animé qu'on avait dans les années 80 : c'est un monsieur qui dessinait avec un crayon, voilà il disait (chlouhyfhgeg) mon gromelot c'est inspiré un peu de ça.

Naïla : Comment fait-vous pour vous faire comprendre presque sans parler?

JN : Ah ça c'est une bonne question et c'est ça toute la difficulté d'arriver a faire comprendre. Vous avez tout compris ? En fait, j'ai inventé mon propre langage, j'essaie de mettre des mots clés pour le chapeau (peaucha)pour la planche (nateau) goumille pour le porte partition, dans mon langage merci se dit yato donc à chaque fois c'est des mots que j'essaie de répéter pour qu'à un moment donné vous puissiez les comprendre et que vous puissiez les intégrer. En plus y a une intention de jeu de construire une vraie phrase, où il y a des mots, mais surtout ce qui est important, c'est qu'il y a des silences. Parce qu'une phrase, si on ne met pas de silences on ne comprend rien, donc il faut mettre des silences, comme en musique...

Ema : D'où venez-vous ?

JN : Je viens de Strasbourg, donc je fais partie comme vous de la région Grand Est.

Lukas : Connaissiez-vous le Festival de la Marelle auparavant ?

JN : Oui j'en ai entendu parler. Ca fait 19 ans qu'il existe, et les Festivals qui existent depuis longtemps on en parle et on commence à les connaître. (…)

Meryle : Pourquoi ce style de spectacle ?

JN : Comme je l'ai expliqué avant, un jour j'ai vu un spectacle à Paris qui s'appelait « Le cri du caméléon », mis en scène par Joseph Nadj, c'était à une sortie du CNAC (Centre National des Arts du Cirque. NDLR) , et quand je l'ai vu j'ai dit : « c'est ça que je veux faire ! » , j'ai toujours été porté vers l'art d'une manière générale ; quand j'étais petit je faisais du piano, après je me suis mis à la guitare quand j'étais adolescent.

Et pourquoi le burlesque ? Parce que quand j'étais môme je faisais du foot et à chaque fois ils nous passaient des Charlie Chaplin et les Buster Keaton et j'adorais trop ça : on comprenait tout ce qu'ils faisaient et ils n'avaient pas besoin de parler ces gens-là. Et je me suis dit c'est ça que je veux faire !

Et en plus comme je vous l'ai dit avant y a ce Léon intérieur qui a fait « toc toc toc » et puis naturellement, même si à la base après j'ai été formé au théâtre et marionnettes, et même si je vais retourner bientôt au théâtre, j'ai toujours trouvé intéressant de faire sans la parole.

Mon prénom c'est Jean Nicolas mais tout le monde m'appelle « Ni », d'où le nom de ma compagnie. Et aussi pour les chevaliers des Monty Python, qui disent « Ni ». Vous ferez une petite recherche sur la quête du Graal…

Vincent : Un grand merci !

JN : Merci à vous

 

Baraka - Compagnie Fred Teppe

 
Spectacle entre « art du cirque et théâtre d'objets », Baraka ne laisse pas indifférent ! Les avis sont partagés, certains aiment et d'autres moins...

Ils ont aimé :

Ema : C'était un spectacle sur le thé et il y avait de la musique.

Isaure : Ils tentaient de se chiper le sucre pour le mettre dans leurs tasses de thé . Ils jonglaient aussi avec les tasses et les théières, mais ils ne parlaient pas. C'était assez amusant.

Louise : J'avais l'impression d'être dans un salon de thé car il y avait plein de théières. Il y avait de la musique orientale.

Méryle : J'ai bien aimé le spectacle et les artistes qui étaient rigolos, ils se disputaient et s'agitaient dans tous les sens.

Ils ont moins aimé :

Loane : Je n'ai pas bien compris l'histoire du thé et je n'ai pas aimé car ils ne parlaient pas.

Méryle : C'était un peu long pour moi. Les barmen ne parlaient pas, et je n'ai pas trop compris l'histoire.
(Article écrit par Lukas, Isaure, Méryle.)

Les Petits Reporters : le cru 2019

Accompagnée de Vincent et Nadège, l'équipe des Petits Reporters : Ema, Louise, Clément, Naïla, Loane, Isaure, Méryle, Titouan, Théo et Lukas, est à pied d'oeuvre pour l'édition 2019 du Festival Jeune Public « La Marelle ».

Retour à la liste