Policiers municipaux : qui dit impliqués, dit exposés

28 Juin 2016

Sur les 20.000 policiers municipaux français, de plus en plus sont armés… À Maizières-lès-Metz, les agents de la Police municipale sont armés depuis début juin (par arrêté, en date du 9 mai 2016).
Les attentats djihadistes de 2015, ont relancé un débat ancien sur l'armement des policiers municipaux. Des mesures ont été prises par l'État et les communes pour renforcer la sécurité des policiers municipaux et l'interaction avec la Police nationale. Aujourd'hui, les policiers municipaux ont le droit de porter des revolvers chambrés pour le calibre 38 spécial, d'armes de poing chambrées pour le calibre 7,65 mm et, depuis mai 2015, des revolvers chambrés pour le calibre 357 magnum.

À Maizières-lès-Metz, 5 des 7 policiers municipaux sont équipés d'un pistolet semi automatique calibre 7,65 mm. Il ont bénéficié au préalable d'une formation juridique de 2 jours en janvier, puis de 3 jours de formation pour l'usage du pistolet à impulsion électrique, et enfin, 8 jours en mars pour l'usage du pistolet semi automatique. Cette dernière formation était sanctionnée par un examen final, validant ou non le port d'armes, cela étant également validé via un examen médical obligatoire.

Si on leur demande de s'impliquer dans la défense des personnes et des biens, en les associant à la protection de sites « sensibles » notamment, il faut assurer aux policiers une protection maximale et les moyens de se défendre.

Le 26 janvier 2015, dans la foulée des attentats, le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a accepté, à la demande de l'Association des Maires de France (AMF), d'aider financièrement les communes et intercommunalités à acquérir des gilets pare-balles pour les policiers municipaux et les gardes-champêtres. Ainsi la Ville de Maizières a pu bénéficier de cette participation financière de l'État pour équiper de gilets pare-balles tous ses policiers, y compris les 3 ASVP (250 € d'aide de l'État par gilet, pour un coût de 700 € par gilet).

 
Bilan chiffré des mesures renforçant la sécurité des policiers municipaux
 
  • Sur les 3 033 armes demandées par 291 communes, 636 armes ont été distribuées par l'État. Les communes dont la demande a été agréée, les recevront au fur et à mesure de leur remise en condition.
  • 626 gilets pare-balles ont été cofinancés par l'État, au profit de 1 583 communes réparties dans 92 départements.
  • 253 communes ont fait connaître leur intérêt pour l'interopérabilité des réseaux de radiocommunication.
  • Les policiers municipaux on désormais un accès direct aux fichiers des permis de conduire et d'immatriculation des véhicules.
Retour à la liste